Save the Green Planet !

Gwenaëlle
Bonjour chers visiteurs ! J’espère que vous allez bien et que tout se passe bien pour vous. Cela fait presque deux mois que j’ai repris les cours à la fac donc je suis pas mal occupée en ce moment. Les cours sont très intéressants et j’apprends de nouvelles choses. D’ailleurs, je pense que je ferais un article sur un sujet qui me tient à coeur concernant la Corée mais je n’en dirais pas plus sinon : SPOILERS. En attendant, je vais faire un article sur un film que j’ai vu très récemment : Save the Green Planet !

spoilers-doctor-who

Save the Green Planet ! est un film sud-coréen de Jung Jun Hwan, datant de 2003. L’acteur principal est Shin Ha Gyun que l’on peut voir dans le premier film d’un triptyque sur le thème de la vengeance réalisé par Park Chan Wook (Sympathy for Mr.Vengeance,Old Boy et Lady Vengeance si cela vous intéresse). Shin Ha Gyun joue le rôle de Lee Byeong Gu, un homme qui est convaincu que la planète va être amenée à disparaître et va,de ce fait, kidnapper (avec l’aide de son amie Sun-i) un riche industriel (Kang Man Sik). Il croit que celui-ci est le prince de la planète Andromède. A la suite de ce kidnapping, un ensemble d’événements va compliquer l’entreprise des deux compères.

save_the_green_planet_ver3Comme la plupart des bons films sud-coréens, le film commence avec légèreté avec des notes comiques (notamment les cascades ratées de Byeong Gu pour attraper Man Sik). Le spectateur apprend à connaître les personnages et s’amuse devant leur délire d’alien qui va détruire leur planète adorée. Le vice va jusqu’à que le chien du personnage principal s’appelle Jigu ( « Terre » en coréen). Mais très vite, le ton monte et nous découvrons que le film n’est pas vraiment une comédie mais un drame mêlé à de la science fiction. En effet, le film et les personnages emmènent le spectateur dans une dimension très dure visuellement parlant. La torture y est pour quelque chose même si nous rigolons de la stupidité de Byeong Gu et de son amie dans la manière de découvrir la (véritable ?) nature de l’industriel. Très vite, nous tombons dans le tragique et nous savons très vite pourquoi Byeong a été amené à faire tout ça et en lien avec son passé ( ça sera à vous de le découvrir si vous regardez ce film). Il est difficile pour moi de faire une vraie critique de ce film sans vraiment spoiler mais j’essaye. Je vais vous donner mon avis sur ce film qui m’a beaucoup plu. Pourquoi il m’a plu ? Il ne tombe pas dans le côté comique lourd de certains films asiatiques et cette note de tragique dans l’histoire m’a ému. Ce film m’a rappelé Sympathy for Mr.Vengeance sur pas mal d’aspects dont un principal : la société coréenne. Après la Guerre de Corée (1950-1953), la Corée du Sud était une dictature militaire qui a duré plus de 30 ans et les années 80 ont marqué au fer rouge l’histoire de la Corée. En effet, c’est en mai 1980 qu’a lieu le massacre de Gwangju (appelé aussi le Soulèvement de Gwangju). Cet événement,qui est un soulèvement populaire étudiant et syndical pour la démocratisation, est celui qui a le plus marqué ce pays car il a eu beaucoup de répercussions sur la société. Les Coréens étaient save the green planet image 2sous-payés au profit de l’essor économique que le pays commençait à acquérir et dont il avait besoin pour concurrencer la Corée du Nord. Une des scènes du film montre la répression policière sur les ouvriers en usine et les conséquences désastreuses de celle-ci (un élément clé pour comprendre le personnage de Byeong Gu et pourquoi il a enfermé et torturé Man Sik).

 

L’image de la menace alien est une manière de critiquer cette société et illustrer le mal que l’humain a en lui. L’humain n’arrête pas de faire du mal à autrui et ce sont toujours les « êtres supérieurs » qui vaincront les « êtres inférieurs », qui auront toujours raison. Pour moi, ce film donne bien les idées directrices que le réalisateur a voulu transmettre au spectateur et je me suis dit « voilà ce qu’on est et ce qu’on peut faire pour parvenir à nos fins ».

[brèves] la météo automnale du blog

Jérémy
En ce début de mois de novembre quelque peu mouvementé, je fais cette petite brève pour annoncer les billets à venir.

Pour ma part, je vais vous parler dans pas très longtemps d’un petit documentaire nommé « j’ai pas voté ». Pour l’avoir regardé une première fois, ce documentaire auto-produit et en libre distribution (non-lucrative je précise) vaut le coup d’être regardé. Mais avant d’en parler plus longuement, j’ai quand même besoin de le revoir à tête reposée.

En ce qui concerne les écrits de mademoiselle. Étant étudiante et de surcroit en période de partiel, elle n’a pas fixé le sujet de son prochain billet. Mais dans les milieux autorisés, on parle d’un fiche de lecture sur une œuvre coréenne. Mais comme dit plus haut, rien n’est fixé.

Sur ce, je vous laisse à la pensé très profonde du jour du philosophoraptor. Et je suis sûr et certain que la miss s’est posée cette question.3310